top of page

COP28 : où en sont les organisations françaises de jeunes ?

12 juin 2023

 

Face à l’urgence écologique, CliMatesJAC et le RESES s’associent pour tenter de rassembler la jeunesse française et porter des messages forts en vue de la COP28 qui aura lieu en décembre à Dubaï.

 

Nos 3 associations suivent depuis longtemps les négociations climatiques. Elles s’y investissent en envoyant chaque année des délégations de jeunes en observation, et sont partenaires du programme Jeunes Délégué.e.s pour le climat, qui permet à 2 jeunes de faire partie de la délégation française lors des COP Climat et des intersessions. Plus généralement, la mission commune de nos associations est de sensibiliser les jeunes sur ces thématiques, nous vulgarisons et communiquons sur ces sphères internationales traitant des questions sociales et environnementales.

 

Une volonté d’aller plus loin dans l’intégration des jeunes aux négociations internationales 

 

Cependant, assister en tant que simple spectateur.ice ne nous suffit plus. Nous souhaitons que les jeunesses françaises parviennent à faire entendre leur voix et puissent s’exprimer sur ces enjeux cruciaux. Nos organisations sont présentes du 5 au 15 juin 2023 aux intersessions de la COP à Bonn, ne souhaitant plus rester seulement passives lors de ces négociations cruciales.  

 

Pour cette raison, CliMates, JAC et le RESES demandent des garanties et engagements de la part de la France :  

  • D’une part afin d’y intégrer pleinement les aspirations et expertises des jeunes français.e.s 

  • D’autre part, nous attendons de la présidence émiratie des engagements forts afin d’engendrer de réelles avancées à la COP28 :

    • Une sortie pleine, rapide, juste et complète des énergies fossiles

    • Une approche transformative de l’adaptation au changement climatique

    • Une décarbonation de nos modes de production

    • Une concrétisation des engagements financiers

    • Et enfin une opérationnalisation du fonds pour les pertes et dommages

Un positionnement en co-construction avec les jeunesses du territoire français qui doit être plus ambitieux

 

La répartition des acteur.ice.s dans les salles de négociations et dans les couloirs de centres de conférence parle d’elle-même. En Égypte, 636 lobbyistes du secteur des énergies fossiles avaient obtenu une accréditation pour la COP27, soit 25 % de plus qu’à la COP26. C’est davantage que n’importe quelle délégation nationale. Si ceux-ci sont accueillis à bras ouverts par une partie des décideur.euse.s, ce n’est pas le cas des jeunes, qui sont, malgré les beaux discours, considéré.e.s incapables et relayés au second plan.

Le programme de travail lancé sous l’item de négociation « Action pour l’autonomisation climatique » (ACE) lancé à Glasgow afin de renforcer les efforts des gouvernements et des autres parties prenantes pour éduquer et engager les jeunes dans l’action climatique est une illustration parfaite de son échec. La surreprésentation de jeunes dans ce groupe de travail de second plan ne peut durer. 

Pour cette raison, nous demandons urgemment : 

  • Un réel sursaut des Etats face à leur Bilan Global qui ne sera, pour la plupart, pas respecté 

  • L’intégration d’une approche genrée et inclusive dans le développement des politiques publics climat

  • Mais aussi une structure de véhicules financiers favorables à l’adaptation des pays du Sud, et ce sans contrepartie financière

Nous jugeons ces thématiques fondamentales et celles-ci doivent être traitées avec équité intergénérationnelle.

Il s’agit de notre futur. Nous refusons l’instrumentalisation des jeunes opérée par Dubaï. La présidence de la conférence, aux mains d’un magnat du pétrole, n’est pas acceptable et les conflits d’intérêt qui en résultent ne peuvent passer inaperçus.

Justice climatique : réglons nos comptes 

 

De retour de Bonn, nous organiserons la soirée “Justice climatique : réglons nos comptes”  le 22 juin à l’Académie du Climat. Cette soirée aura lieu en marge du sommet “pour un nouveau pacte financier mondial” annoncé à Charm el-Cheikh par Emmanuel Macron et aura pour objectif de mettre en avant celles et ceux dont la voix n’est pas entendue. Le 23 juin, nous ferons une restitution des intersessions aura lieu afin de faire le bilan, monter en compétences et transmettre aux jeunes français.e.s cet évènement.

Une co-construction collective en lien avec YOUNGO 

 

La force des réseaux de jeunes réside dans leur maillage. YOUNGO est le réseau mondial de jeunes activistes qui représente les enfants et les jeunes lors des négociations et autres événements de l’ONU liés aux changements climatiques, contribuant ainsi à façonner les politiques intergouvernementales. Les 23 et 24 septembre prochains, nous organiserons une Local Conference of Youth (LCOY), dont le but est de rassembler les jeunes le temps d’un week-end afin de sensibiliser, former et surtout co-construire collectivement un plaidoyer que nous transmettrons au réseau d’action YOUNGO et porteront auprès de la délégation française, en vue de la COP28 à Dubaï.

Article co-rédigé par CliMates, JAC et le RESES

bottom of page